Retour à votre recherche

Contrôleuse en agriculture biologique
Contrôleur en agriculture biologique


(code ROME : A1302)


La spécificité de la production biologique est estampillée par un label qui suppose autant de valeurs que de contraintes. Tout est donc défini par un cahier des charges strict, vous le contrôleur veillant à son stric respect, pour la transparence même du système et éviter l’utilisation abusive ou frauduleuse du label AB.

Certification et contrôle
Dans une entreprise spécialisée dans la certification AB, vous avez intégré l’équipe des contrôleurs de certification. Vous couvrez plusieurs départements. Vous vous rendez dans les exploitations agricoles afin de réaliser des audits. Tous les contrôles que vous effectuez sont réalisés en vue de valoriser les productions agro-alimentaires de l’agriculture biologique et de garantir la transparence du circuit pour les consommateurs comme pour les producteurs labellisés. Il s’agit donc surtout de garantir cette filière bio pour laquelle l’engagement des acteurs est volontaire et l’acceptation du contrôle inhérente à la certification.

Sur le terrain
Vous faites aussi bien des contrôles annuels pour le maintien de la certification que des visites surprises pour le contrôle des pratiques et du respect du cahier des charges. Vous passez donc inopinément ou sur rendez-vous, inspectez l’ensemble de l’exploitation afin de détecter d’éventuelles anomalies. Le cas échéant, vous effectuez des prélèvements sur les sols ou sur les produits pour rechercher les éventuelles traces de substances interdites. Vous plongez aussi dans la comptabilité de l’exploitant, effectuez les calculs de cohérence entre le volume vendu en bio et le volume acheté ou produit en bio. Bref, vous passez le travail du producteur à la loupe par souci de transparence.

Un vrai choix
Vous sillonnez donc les territoires mais outre ce travail de terrain, vous rédigez aussi des rapports, assumez les tâches administratives nécessaires et participez à des réunions auprès des ministères et aux journées de formation. Car en terme d’agriculture biologique, il y aussi une part importante de veille et de contraintes administratives ainsi que du travail d’information et de sensibilisation. Vous faites donc ce métier avant tout par conviction environnementale, convaincu de la nécessité d’une production agricole plus raisonnée. Vous n’êtes pas sur une notion de « flicage » mais bien plutôt sur la garantie de la transparence d’un système auquel vous croyez.

Tout le monde ne pourra pas faire du bio mais les conséquences d’une intensification abusive des productions agricoles a réveillé la filière et ouvert de nouveaux horizons. Des agriculteurs et leurs exploitations jusqu’aux instances juridiques et politiques, vous êtes donc le garant du label AB et son expansion vous assure les prochaines moissons.